Le thé vert: une drogue pour les maliens.

21 octobre 2010

Le thé vert: une drogue pour les maliens.

Ils sont très pressés de prendre leur dose du soir

A Mali, c’est tout le monde qui se drogue. Oui ! Ce n’est pas du tout interdit.  Ici, que l’on soit homme, femme, vieux, vieille, jeune fille ou jeune garçon, il est normal voire indispensable que chacun prenne sa petite ou grande dose de thé par jour. L’emprise de ce thé vert est tellement forte sur la population qu’il est convenu de l’appelé « la drogue des maliens ».

 Selon l’hebdomadaire les Echos (du 07/10/2010), le Mali a importé près de 17 milles tonnes de thé en 2008. La consommation étant en constante croissance, elle serait aujourd’hui à 20 milles tonnes de thé par an pour une population d’environs 15 millions d’habitants. Pour les maliens, Le thé fait parti du quotidien  et n’empêche rien. Au travail, il permet de recharger les batteries pour plus d’énergie au bureau. On ne peut visiter aucun service de l’administration publique ou privé, surtout à Bamako, sans remarquer un gardien ou un planton qui s’affaire avec sa théière pour « gâter » ses patrons et les visiteurs. Aussi, il n’est pas surprenant de voire une femme qui, parallèlement à sa préparation de repas dans la cuisine, vient s’asseoir auprès de sa propre Barada (théière) pour donner le temps de cuisson nécessaire à sa sauce.

 Ces orgies de thé avancent les mêmes arguments pour justifier leur dépendance de ce liquide. Pour Mohamed, un gérant de cyber, s’il ne prend pas au moins trois verres de thé par jour, il ne pourra rien faire de sa journée.  » S’il faut faire un choix, je préfère ne pas déjeuner le matin. Un verre de thé me suffit largement sans quoi  je ne serai pas du tout  en forme. Je me sentirai exténué et surtout nerveux… » m’explique-t-il.

Drogue ou pas drogue, une large fraction d’entre eux sont unanime que sans une dose ou plusieurs fortes doses de thé du matin au soir, le malaise ressenti par tous les accros -comme eux- est la migraine avec une sorte douleur indescriptible.

Finalement, l’on ne sait plus si le thé est un vice, un médicament ou un aliment. Selon les spécialistes de la santé, le thé purifie le sang et facilite l’élimination de graisse. Ces bienfaits  encouragent, certainement, les personnes qui se plaignent de leur poids à ne consommer que le thé qui a la même teneur que la quinine. C’est tellement amer qu’il donne, à nous les non-initiés, envie de se couper la langue. Malheureusement, le constat qui s’impose est que la majorité ces accros ne consomment pas le thé en raison ses propriétés curatives. Au contraire s’ils se « droguent« , c’est par ce qu’ils ne peuvent plus s’en passer au risque de tomber malade.

Partagez

Commentaires

Ameth DIA
Répondre

c'est pareille aussi au Sénégal; j'en connais beaucoup qui ne peuvent pas se passer de leurs doses quotidiennes. Beaucoup de gens s'étonne quand je leur dis que je ne bois pas

Fode
Répondre

@Dia
C'est donc un phénomène sous-régional!

Boukari Ouédraogo
Répondre

En tous cas le thé, y a pas son thé. Je consommais beaucoup le thé mais malheuresement ces derniers temps je n'ai pas l'occassion. Sinon, c'est églement pareil au Burkina et surtout à Bobo même si les femmes preparent rarement le thé. Sinon, Fodé, je peux te preparer un deuxième bien sucré, tu vas aimer.

Fode
Répondre

@Ouédraogo
Hahahaha! Merci d'avance Ouédraogo. Je le prendrai avec plaisir. Moi aussi j'ai commencé à me droguer ici sauf que je ne ressent pas de maux de tête si je m'en prive.

Site Default
Répondre

Chaque pays a sa façon de prendre sa dose soit en vin rouge ou quand même d’autres excitants. Contrairement à certains pays où l’on prend du café noir pressé comme en Guinée et de la beer comme au Burkina-Faso, les maliens aiment beaucoup le thé. C’est du « barodiyalan » rendre la rencontre, le regroupement plus agréable comme ça se passe dans tous les pays avec cette idée. Les maliens ont préféré choisir le thé.

Fode
Répondre

@Konate
Ah oui! Le café noir est à son tour abusivement consommé en Guinée. C'est d'ailleurs dans les bars café où l'on s'informe le plus sur les rumeurs qui sont souvent confirmés quelques jours plus tard. J'ai la perception que Konaté connais la drogue chaque pays.

Kpelly
Répondre

Les Maliens et le thé, c'est plus qu'une histoire d'amour, c'est une réligion!
Amitiés!

ariniaina
Répondre

J'aime bien le thé vert. Mais je n'en suis pas accroc. Mon mari et le café par contre ont du mal à se séparer :D

Boubacar Tamboura
Répondre

Moi je me demande c'est bon de prendre où pas ?