Image Google

Le début de cette semaine s’annonce très troublant en Guinée. A partir de ce mardi 27 septembre, le Collectif des Partis Politiques pour la finalisation de la transition invite leurs militants à descendre dans les rues aussi bien à Conakry qu’à intérieur du pays. Bien que la manifestation soit interdite par les autorités, le Collectif tient à braver l’interdiction. Cependant, des tracts circulent dans les quartiers de Conakry. Les jeunes qui soutiennent le pouvoir sont appelés s’attaquer aux manifestants.

 

Le pouvoir d’Alpha Condé et le collectif des Partis Politiques pour la finalisation de la transition (qui regroupe une vingtaine de partis de l’opposition) sont à couteaux tiré. Si l’on s’en tient à la déclaration publiée le 19 septembre dernier par le Collectif, l’objectif principal de ces marches pacifiques qui débutent ce 27 septembre est d’amener le pouvoir à rompre le silence. Ils veulent « un dialogue franc et constructif en vue de réunir les conditions de transparence et de crédibilité nécessaires à la tenue des élections législatives dans les meilleurs délais et dans un climat apaisé ». Cependant, les tentions montent d’un cran à Conakry.

Comment les militants des deux camps réagissent-ils à cette déclaration du Collectif ?

Beaucoup de militants des partis membres du collectif sont mobilisés dernière leurs leaders. Le samedi dernier, lorsque je me rendais à Hamdalaye, j’ai constaté que le siège de l’Union de Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo était bien rempli de jeunes militants. J’ignore si la même mobilisation se fait autour de Sidya Touré de l’Union des Forces Républicaine (UFR) pour donner plus d’envergure à la manifestation.

Par contre, la colère est perceptible dans le camp de l’alliance arc-en-ciel regroupant une certaine de partis politiques qui ont porté le Professeur Alpha Condé au pouvoir. Bien que l’Alliance commence à se disloquer, cela m’entame en rien le soutien de ses militants au pouvoir qu’ils ont mis en place. Depuis la publication de la déclaration du Collectif, les tracts provenant de certains mouvements de soutien au pouvoir circulent dans les quartiers de Conakry. Ces mouvements de jeunesse qui soutiennent le pouvoir appellent leurs membres à sortir pour s’attaquer aux manifestants. Sur le papier (titré : Trop c’est trop !) que j’ai sous les yeux, on peut lire ces phrase : « l’union des jeunes pour le changement invite l’ensemble des jeunes à travers toutes ses structures de base à Conakry et à l’intérieur du pays à se mobiliser et à s’unir pour barrer la route aux ennemis de la liberté et de la démocratie…. Les ennemis de la Guinée seront combattus vaille que vaille et jetés dans le nouveau train de la Démocratie… ».

Faut-il craindre une autre tragédie à la manière du 28 septembre 2008 ?

Non ! Je n’y crois plus jamais. Mais il faut dire que la situation actuelle porte à croire qu’il y aura inévitablement des affrontements entre pro et anti-pouvoir. Et La confusion ne se militera pas seulement à ce niveau. La manifestation est interdite par les autorités et le gouverneur de Conakry utilise toutes les méthodes de dissuasion. Tantôt il rencontre des  chefs de quartiers pour sensibiliser les mouvements de jeunesse pour qu’ils s’abstiennent de tout mouvement à caractère politique, tantôt il menace à la télévision ceux qui tenteront de sortir dans la rue. Si toute fois aucune des parties à savoir le Collectif et le pouvoir ne lâchera du lest, les prochains jours seront très troublants dans le pays. Malgré l’insistance du Collectif sur le caractère pacifique de la manifestation, je suis convaincu qu’ils perdront le contrôle de la manifestation une fois que leurs militants se retrouveront dans la rue. Ces manifestations seront un premier test pour le régime d’Alpha Condé. Ils prendront le maximum de précaution pour éviter une répression sanglante comme celle du 28 septembre 2008. Par ailleurs, le chef d’Etat Major Général des armées a donné l’ordre aux militaires de rester dans les casernes. Mais la police et la gendarmerie sont sur le qui-vive. Ils procéderont sans doute à leur plus grande vague d’arrestation de manifestants. Donc ce qu’il faut craindre cette fois-ci, c’est bien la justice ensuite la prison !

Ce dimanche, le Premier Ministre vient de tenir un discours à la télévision nationale. Il invite les partis politiques de l’opposition à une concertation demain lundi. Je souhaite vivement qu’ils se comprennent pour éviter le trouble dans le pays.

 

3 Thoughts on “Les tracts appellent les jeunes qui soutiennent le pouvoir d’Alpha Condé à s’attaquer aux manifestants du 27 septembre

  1. jean baptiste kouadio on 26 septembre 2011 at 15 h 06 min said:

    le pouvoir rend aveugle dit on , alors que la sagesse habite le nouveau pouvoir

  2. Combien d’années faudra t-il à l’esclave Avant d’avoir sa liberté, Combien de temps un soldat est-il brave Avant de mourir oublié ? Combien de mers franchira la colombe Avant que nous vivions en paix ?
    Combien d’années faudra t-il à l’esclave Avant d’avoir sa liberté, Combien de temps un soldat est-il brave Avant de mourir oublié ? Combien de mers franchira la colombe Avant que nous vivions en paix ?

    laiisez ns vivre en paix .legalise cette marche pour denoncer notre mecontement.

  3. La peur est grande meme au sein de la diaspora. Cependant, j’ai vu sur une vidéo publié par YouTube que le gouvernement et les partis de l’opposition se sont rencontrés et que le PM a donné ordre que tous les militaires restent confinés dans leurs casernes. Mais avec ces tracs qui circulent, il n’y a pas de quoi etre optimistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Post Navigation